Les troubles du comportement alimentaire

La boulimie, l'hyperphagie

Lorsque l'engrenage et le sentiment d'impuissance dominent

Est-ce un trouble du comportement ? un problème de volonté ? une question de gourmandise ? un défaut de règle diététique ? un problème hormonal ?

La boulimie est un trouble de la dépendance et non simplement un problème comportemental. Elle signe une blessure, non résolue qui prend sa source dans des failles et des angoisses.

La boulimie est une obsession qui envahit la tête et met tout au second plan. Ce sont des prises alimentaires impressionnantes, des vomissements, jusqu’à l’inconfort digestif, sans contrôle possible, avec honte et culpabilité et la plupart du temps en solitaire.

Est-il possible de s’en sortir ?

Prisonnière de ce comportement addictif, la personne boulimique souffre, se sent honteuse, nulle, à côté de sa vie,… et se montre en général, en société, sociable, de bonne humeur, attentive et sensible aux autres. C’est dans l’isolement et la honte qu’elle vit cet enfermement.

Oui, il est possible, de s’en sortir et de dépasser cette dépendance. La « guérison » passera toujours par la réappropriation de ses sensations, de ses valeurs essentielles, de ses limites…. de son identité.

Oser prendre rendez-vous, est déjà une première victoire. Le chemin sera long, il passera par la quête de votre identité, et l’autorisation que vous vous accordez enfin de trouver votre place.

L’anorexie, lorsque les troubles persistent

Parce que la maladie ne s’arrête pas avec la reprise de quelques kilos… parce qu’elle dure parfois longtemps, très longtemps sous des formes subtiles et variées… parce que malgré les années, la souffrance est toujours là, plus ou moins cachée, supportée, réconfortée par des bénéfices secondaires, je propose des thérapies spécifiques pour des personnes pour qui l’anorexie perdure.

Il ne s’agit pas de vous « guérir » mais d’apprendre à vivre, à vous apprécier et vous accepter. Moins qu’une maladie, l’anorexie est un mode de défense et d’expression.

Je ne cherche pas dans le travail thérapeutique mené à vous amener à un état plus « conforme » mais à développer de nouveaux modes d’expression, en vous aidant à renoncer à vous faire du mal.

S’ouvre alors un autre champ plus vaste, celui de la réconciliation avec vous-même et les autres. C’est un long chemin, où les risques de rechute, de basculer dans d’autres troubles peuvent entraver le processus de guérison. Ce sont aussi des comportements qui se manifestent autrement que l’alimentation et qui parlent de la même souffrance : l’hyperactivité, le manque de sommeil, l’exigence de perfection, une mauvaise image de son corps…comportements qui peuvent durer longtemps et vous fragilisent.

Guérir de l’anorexie ne se limite pas à accepter de regrossir un peu, mais d’exister en soi pour soi à travers l’autre et répondre à "l’appétit" de vivre.